Joint Master Architecture – la condition urbaine

Screen Shot 2016-04-25 at 17.43.56.png

La ville de Berlin est un terrain très fertile pour ce genre d’interrogations. Sa fonction de capitale, sa nouvelle centralité à la suite d’une insularité forcée, sa structure particulière (la présence de plusieurs ‘centres’), son rôle historique en tant que terrain de jeu des vecteurs de la modernité (vitesse, infrastructures), son foisonnement culturel, la superposition de ses strates, la proximité du vide et du plein, la présence – inscrite dans son tissu même – de différents couches de projets urbanistiques globaux et maintes caractéristiques encore en font un objet d’études obligatoire. D’autres villes, de complexité comparable, attirent l’attention par tout ce qu’elles montrent (depuis un millénaire, la ville européenne est, selon Marco Romano, le théâtre d’une auto-affirmation et d’une auto-exposition incessantes, particulièrement présentes dans les grands thèmes urbains : les places monumentales, les grandes rues, les constructions symboliques, etc.). A Berlin, c’est non seulement ce qui s’affirme ou qui s’érige (la masse du bâti) à s’imposer, mais de même tout ce qui a disparu ou ce qui n’a jamais vu le jour. Monument de la destruction et du trou noir de l’histoire, théâtre de déplacements multiples, Berlin est aussi le lieu de rêves utopiques.

via Joint Master Architecture – la condition urbaine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s